Forum acéricole
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Cannage et sirop brouillé
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptySam 25 Mai 2024 - 16:21 par macman911

» D'un camp à l'autre...
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptyVen 24 Mai 2024 - 7:54 par claudebizier

» Projet de retraite
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptyJeu 23 Mai 2024 - 8:11 par patrbell

» Au camp de chasse/pêche ce weekend...
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptyMer 22 Mai 2024 - 19:23 par Goudrelle

» L’entaillage d’automne a-t-il valu la peine?
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptyMar 21 Mai 2024 - 17:24 par Goudrelle

» Porte ouverte 2024 LS Bilodeau
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptyLun 20 Mai 2024 - 20:50 par Goudrelle

» Tout un honneur pour moi et Pete Bélanger de représenter LS Bilodeau ici en Outaouais
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptyLun 20 Mai 2024 - 13:13 par Goudrelle

» Petit séjour à la pêche (Truite rouge indigène et truite grise)
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptyDim 19 Mai 2024 - 15:31 par tach3

» Broche pour main
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptyVen 17 Mai 2024 - 9:39 par jobber

» Treuil pour lever panne a plis
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptyJeu 16 Mai 2024 - 21:04 par JF258

» Si l'érable pouvait parler !!
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptyJeu 16 Mai 2024 - 20:57 par patrbell

» Extracteur à reconditionner
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptyJeu 16 Mai 2024 - 17:03 par claudebizier

» Contrôles des niveaux des évaporateurs
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptyJeu 16 Mai 2024 - 13:43 par Mavitec

» Sirop d’érable : des chercheurs d’Ottawa créent un test pour détecter la mauvaise sève
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptyJeu 16 Mai 2024 - 9:47 par Romoni

» le fameux vacuum de gèle
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptyMer 15 Mai 2024 - 12:13 par claudebizier

» Une érablière de la Mauricie remporte le prix du meilleur sirop pour la deuxième fois
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptyMer 15 Mai 2024 - 7:39 par Goudrelle

» Un autre cas de sabotage d’érablière aux hydrocarbures
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptyLun 13 Mai 2024 - 15:39 par Goudrelle

» Asperges vinaigrette à l’érable
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptyLun 13 Mai 2024 - 12:56 par Goudrelle

» installation maine, comment procéder
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptySam 11 Mai 2024 - 6:00 par Martin. Gauthier

» Émission mondial de carbone
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur EmptyMar 30 Avr 2024 - 23:13 par Goudrelle

Le Deal du moment : -21%
LEGO® Icons 10329 Les Plantes Miniatures, ...
Voir le deal
39.59 €

Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur

Aller en bas

Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur Empty Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur

Message par Goudrelle Ven 5 Avr 2024 - 18:46

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



ACÉRICULTURE
5 AVRIL 2024
Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur

MARTIN MÉNARD

Journaliste



Aux prises avec des pertes financières importantes, Érablières des Alleghanys, appartenant à Sylvain Lalli et sa famille, a récemment dû être vendue. Cette entreprise de Saint-Pacôme, dans le Bas-Saint-Laurent, exportait de quatre à sept millions de livres de sirop d’érable par année à travers le monde.


Après avoir été président de son entreprise, Sylvain Lalli s’occupe désormais du transport de sirop.
C’est l’un de ses compétiteurs, la coopérative Citadelle, qui en a fait l’acquisition en février dernier. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé, mais M. Lalli indique que sa famille et lui ont perdu beaucoup. Des fournisseurs auraient aussi essuyé des pertes.

Sylvain Lalli est une figure bien connue en acériculture, lui qui a présidé, pendant six ans, le Conseil de l’industrie de l’érable, soit l’organisme représentant les acheteurs et les transformateurs. Il a accepté d’accorder une longue entrevue à La Terre, dans laquelle il décrit le contexte difficile de la cession de son entreprise et aussi sa fierté, malgré cette fin amère, d’avoir contribué au développement de l’industrie du sirop d’érable pendant 28 ans.

« C’est cruel, le monde des affaires »

Érablières des Alleghanys a réalisé jusqu’à tout dernièrement un chiffre d’affaires de 25 à 30 M$ par année et a misé sur une usine d’embouteillage du sirop « sur la coche », assure M. Lalli. Il estime que l’usine dépassait les normes des principales certifications alimentaires internationales avec des scores qui impressionnaient les acheteurs d’outre-mer. Mais la santé financière de l’entreprise a dégringolé abruptement, tout juste après la pandémie, alors que le prix des intrants, comme les bouteilles de verre et les cartons d’emballage, a explosé, sans que l’entreprise puisse compenser en augmentant ses prix.

On a demandé à nos clients une augmentation de prix, mais ils ont refusé de rouvrir les contrats qu’on avait signés, alors on perdait 10 000 $ par conteneur qu’on envoyait, et on en a envoyé près de 200 à perte. On a essayé de passer à travers, mais les institutions financières ont paniqué, car elles voyaient que d’autres transformateurs de sirop perdaient de l’argent. Notre institution a serré la vis, elle a fait comme une saisie et nous a obligés à tout vendre.

Sylvain Lalli
Sa famille et lui se sont résignés à vendre Érablières des Alleghanys à Citadelle. « C’est une entreprise qui nous ressemble dans nos valeurs. Mais ce fut très difficile pour nous. Et ce l’est encore », témoigne celui qui a fondé cette entreprise avec sa conjointe, Michèle Bond, en 1995, pour ensuite y intégrer leurs trois enfants et leurs conjoints.

Comment interprète-t-il le refus de ses clients de longue date qui ont décidé de ne pas rouvrir les contrats sachant que la survie de son entreprise était en jeu? « C’est cruel, le monde des affaires! répond-il. Les producteurs [de sirop d’érable] ne voient pas ça. Ils pensent que les transformateurs, on baigne dans l’or, mais ce n’est pas le cas. Il y a de la compétition et il y a des années où la business est très difficile. »

Il souligne avoir bâti sa réputation sur la mise en marché d’un sirop d’érable pur à 100 % et exempt de mauvais goût. Il s’en assurait lui-même en visitant les érablières qui l’approvisionnaient et en revalidant à l’usine le goût de chaque baril. « Étonnamment, c’est peut-être ça qui nous a nui », avance-t-il, laissant entendre que certains compétiteurs peuvent mettre en marché des mélanges de sirop de qualité inférieure payés moins cher, qui deviennent difficiles à concurrencer. « Ça fait un bout de temps que je disais que les producteurs devaient corriger le tir concernant la qualité des sirops exportés, ajoute Sylvain Lalli. Je croyais que ça finirait par nuire à toute l’industrie, mais je ne me doutais pas que c’est mon entreprise qui écoperait directement! »

Conducteur de camions

Érablières des Alleghanys est donc devenu « le site Saint-Pâcome » de Citadelle. Certains membres de la famille Lalli, qui occupaient des postes de direction, y travaillent désormais comme employés. « Avant, on touchait à tout dans notre entreprise; on était en contact avec nos clients. Là, on tombe dans des rôles plus limités. Ça fait partie de la culture d’une grande entreprise et c’est normal, mais c’est très difficile pour ma famille. On va s’adapter. Moi, je m’occupe de transporter du sirop. Je chauffe des trucks pour passer au travers », dit l’homme de 61 ans qui a commencé à travailler à la ferme de son grand-père quand il avait 11 ans.

Leur entreprise a ensuite atteint un chiffre d’affaires de 25 à 30 M$ par année.
Leur entreprise a ensuite atteint un chiffre d’affaires de 25 à 30 M$ par année.

« La game va changer »
La concentration des entreprises qui achètent le sirop d’érable en vrac s’accentue, une situation qui ne sera pas à l’avantage des producteurs, anticipe Sylvain Lalli. « En 2002, on voyait que les gens en cravate allaient s’intéresser à l’or blond. J’anticipais ça et j’ai proposé des quotas de sirop par usine, ce qui aurait aidé les plus petites. Cela a été refusé par l’ensemble de la table filière de l’érable. Alors les gros joueurs se sont installés et les marges de tout le monde ont fondu. On ne fait plus d’argent. Les gros sont en mesure d’en perdre et de rester en business; nous, non… », dépeint M. Lalli. Ce dernier dit avoir participé à toutes les dernières négociations de prix entre les acheteurs et les producteurs, notamment à titre de président du Conseil de l’industrie de l’érable. Il juge que la disparition des petits transformateurs indépendants comme lui au profit des très grandes entreprises finira par créer une mauvaise surprise aux producteurs. « La game va changer. Les producteurs ne négocieront plus avec des gars qui viennent du milieu de l’érable, comme moi ou les Bernard. Ils vont négocier avec des gens en cravate et l’ambiance sera différente. J’ai l’impression que quand il va y rester juste deux ou trois très gros acheteurs, ils vont débarquer en disant aux producteurs : «Écoutez, le prix, c’est ça.»»


Michèle Bond et Sylvain Lalli ont fondé Érablières des Alleghanys, en 1998, et ont développé leurs marchés d’exportation pour le sirop d’érable, comme en Allemagne.
Un jeune couple parti développer le marché mondial de l’érable
Michèle Bond et Sylvain Lalli étaient un jeune couple dans le début de la trentaine en 1995 alors qu’ils ont décidé de fonder leur entreprise près de La Pocatière, dans le Bas-Saint-Laurent, pour exporter du sirop d’érable au Japon et en Europe.

« Au début, quand je suis arrivé au Japon, il y avait un peu de sirop qui se vendait, mais le problème, c’est que lorsqu’il était livré par conteneur, il moisissait dans les bouteilles », souligne-t-il, en évoquant un problème de stérilisation et de stratification. Étant formée en inspection des aliments, Michèle a mis en place des stratégies.

On a donc pu garantir aux Japonais que le sirop qu’on livrerait n’aurait pas de trouble. Les ambassades et les délégués des missions économiques nous ont ensuite aidés à nous faire connaître. Une grande société japonaise a décidé de venir nous visiter à Saint-Pacôme. C’est là que le tapis rouge s’est déroulé.

Sylvain Lalli
Pour exporter ensuite pendant plus de 25 ans, le couple a misé sur l’importance de promouvoir les vertus du sirop d’érable, mais aussi de sélectionner des sirops qui allaient de pair avec le goût de ses clients, c’est-à-dire un sirop plus doux et léger pour les Japonais et plus prononcé pour les Européens. « C’est comme ça qu’on a connu une grande expansion. On a été les premiers à être listés dans toutes les grandes surfaces en Europe. J’ai même vendu du sirop au pape pendant des années, via mon distributeur au Danemark, qui parlait neuf langues. Mais ç’a été dur de développer l’Europe, financièrement et mentalement, car on a fait de l’argent, mais on en a aussi perdu! »

Sylvain Lalli explique une partie de son succès par les visites qu’il effectuait personnellement chez les producteurs, pour sélectionner les meilleurs sirops.

« On a travaillé des semaines de 80 à 100 heures pendant des années, ma femme, mes enfants et moi. On n’est pas les seuls. Les Bernard [Industries Bernard & Fils] et les Bolduc [Les Produits de l’Érable Bolduc], eux aussi, ç’a travaillé en tabarouette. Pour que l’industrie marche, il a fallu que du monde travaille très fort », fait-il valoir.

Ce dernier se dit fier d’avoir travaillé aux côtés des producteurs, de même que des autres commerçants de l’érable. « Je suis amer de la façon dont ça se termine pour mon entreprise, mais je suis content du chemin que j’ai parcouru, affirme M. Lalli. Je sens que j’ai fait partie de toute cette évolution que le sirop a connue. »

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Aucune entaille pour 2023, année de reconstruction si Dieu le veut ?  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Amoureux des sucres, mais ma priorité numéro un, ma famille.
Je suis en constante recherche d'innovation et d'efficacité.
J'adore le "Vintage"
Expertise avancée en combustion de bois.
Goudrelle
Goudrelle
Admin

Messages : 18618
Date d'inscription : 13/04/2014
Age : 65
Ville/village : Val-des-Monts (Outaouais)

5/16, beaver, F3R et magbeaujc aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur Empty Re: Érablières des Alleghanys vendue à perte et à contrecœur

Message par Goudrelle Ven 5 Avr 2024 - 18:47

Ca on va en voir de plus en plus !!!!!!!

C'est malheureux mais c'est la réalitée !!!!!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Aucune entaille pour 2023, année de reconstruction si Dieu le veut ?  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Amoureux des sucres, mais ma priorité numéro un, ma famille.
Je suis en constante recherche d'innovation et d'efficacité.
J'adore le "Vintage"
Expertise avancée en combustion de bois.
Goudrelle
Goudrelle
Admin

Messages : 18618
Date d'inscription : 13/04/2014
Age : 65
Ville/village : Val-des-Monts (Outaouais)

5/16, F3R et magbeaujc aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum